CHARGEMENT

Tapez pour rechercher

Infirmier(e) Kinésithérapeute Sage-femme

Canicule et soignants : comment prendre en charge vos patients

Partager

Vous êtes professionnel de santé, vous vous occupez de patients en période de canicule et vous souhaitez avoir des conseils sanitaires ? Alors cet article est pour vous 🙂

La canicule, c’est quoi exactement ?

Une période est dite caniculaire quand elle est caractérisée par une très forte chaleur pendant au moins 3 jours consécutifs et quand cette chaleur reste constante jour et nuit (la température nocturne est identique à celle de la journée, ou baisse très peu).


Quelle est la population à risque ?

Tous les patients ne sont pas égaux dans cette situation. En effet, il y a des personnes plus fragiles que d’autres comme les nourrissons, les personnes âgées, les femmes enceintes qu’il faut surveiller de plus près.

Mais certaines personnes malades sont aussi concernées car la chaleur peut accentuer certains symptômes, notamment en cas de :

  • Pathologie chronique (ex. : maladie de Parkinson, maladie cardiovasculaire, suites d’un AVCasthme) ;
  • Obésité de l’adulte;
  • Dénutrition (apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins de l’organisme) ;
  • Maladie aiguë (infection par exemple) au moment de la vague de chaleur ;
  • Troubles mentaux (démence, maladie d’Alzheimer) ou du comportement ;
  • Difficultés d’orientation et/ou de compréhension, pouvant entraîner une méconnaissance des risques engendrés par la canicule.

De plus, certains traitements médicamenteux peuvent majorer les effets de la chaleur (déshydratation ou coup de chaleur) ou gêner l’adaptation du corps à celle-ci :

  • L’aspirine (à partir de 500 mg par jour), qui perturbe parfois le fonctionnement des reins ;
  • Les diurétiques, qui risquent d’accentuer une éventuelle déshydratation ;
  • Les neuroleptiques (traitant certains troubles mentaux), qui modifient la régulation thermique de l’organisme dans certains cas ;
  • Les antimigraineux (quelquefois, ils empêchent la vasodilatation ou réduisent la transpiration).

Il  ne faut donc pas que les patients prennent de médicament sans avis médical et le médecin doit réévaluer l’intérêt des médicaments prescrits, notamment ceux susceptibles d’altérer la fonction rénale.

Il est préconisé de proposer aux personnes ayant un risque majeur de consulter leur médecin afin d’adapter leur prise en charge et leurs traitements médicamenteux le cas échéant.

Il faut également lire les mentions particulières de conservation qui figurent sur les notices des médicaments en cas d’exposition à la chaleur notamment lors d’une phase de canicule.

Quelles sont les pathologies liées à la chaleur et comment les reconnaître ?

  • Les crampes de chaleur :

Elles sont caractérisées par des crampes musculaires (abdomen, bras, jambes…), des spasmes douloureux et une forte transpiration.

Que faire ? Il faut installer le patient au repos dans un lieu frais en lui faisant boire lentement une boisson de réhydratation.

  • L’épuisement:

Il survient après plusieurs jours de chaleur avec une forte transpiration, une faiblesse, une froideur et pâleur de la peau, un pouls faible, des évanouissements et vomissements, une insomnie ou agitation nocturne inhabituelle.

Que faire ? Il faut placer la personne dans un endroit frais, sec et aéré, l’allonger et la laisser se reposer, appliquer régulièrement de l’eau froide sur tout le corps et éventer la peau mouillée, éventuellement appliquer de la glace (pas directement au contact de la peau) sur la tête, la nuque, les aisselles et l’aine uniquement chez l’adulte, la faire boire : eau, jus de fruits ou boissons énergétiques, la faire manger et fractionner les repas pour éviter la perte des sels minéraux.

  • L’insolation:

Elle survient après une exposition directe au soleil . Les principales manifestations sont des maux de tête violents, un état de somnolence, des nausées et éventuellement une perte de connaissance, une fièvre élevée avec parfois des brûlures cutanées.

Que faire ? Il faut mettre la personne à l’ombre et effectuer des manœuvres de refroidissement, appeler un médecin, ou le 15 en cas de trouble de la conscience chez le jeune enfant.

  • Le coup de chaleur :

La température corporelle augmente vite et peut atteindre et dépasser 40° C, la peau est sèche, chaude et rouge, on constate des maux de tête violents, une confusion et perte de conscience et éventuellement des convulsions.

Que faire ? Demandez une assistance médicale au plus vite en appelant le 15. En attendant les secours, il faut placer le patient à l’ombre et le refroidir en l’aspergeant d’eau froide et en le ventilant ou bien donner une douche froide ou un bain frais.

  • La syncope due à la chaleur :

Elle survient principalement dans les suites d’un effort physique dans un environnement chaud. Il peut exister des prodromes à type de nausées, vertiges, troubles de la vision puis survient la perte de connaissance. La perte de connaissance est brève et limitée. Les patients récupèrent dès qu’ils sont allongés. Les personnes âgées sont plus à risque en raison de la diminution de l’élasticité et de la réponse physiologique du système cardiovasculaire.

Que faire ? En cas de position debout prolongée par temps de chaleur, il faut conseiller de s’asseoir de temps en temps si possible à l’ombre et à défaut de fléchir régulièrement les jambes et de boire en abondance. Installer le patient dans un environnement frais et à lui donner à boire.

  • La dermite due à la chaleur :

Elle se manifeste par une éruption très irritante, rouge, maculopapuleuse. Elle se produit le plus généralement sur des parties du corps recouvertes par les vêtements.

Que faire ? Mettre le patient dans une zone fraîche et moins humide. Des antihistaminiques peuvent être prescrits par un médecin pour traiter le prurit et la chlorhexidine utilisée pour laver et désinfecter la zone atteinte.

  • L’œdème des extrémités :

Elle se manifeste par l’augmentation du débit sanguin. L’œdème dû à la chaleur survient principalement chez les patients ayant des altérations vasculaires liées à l’hypertension, au diabète, aux atteintes vasculaires périphériques et donc plus fréquemment chez les personnes âgées ou les personnes n’ayant pas l’habitude des fortes chaleurs.

Que faire ? Les diurétiques ne sont pas indiqués et augmentent le risque de déshydratation. Il est préférable de surélever les jambes et placer le patient dans un environnement frais. L’exercice physique telle que la marche régulière peut favoriser le retour veineux.


Pendant une vague de chaleur il faut penser à :

  • Suivre l’évolution des messages de mise en garde;
  • Rappeler les principes de protection contre la chaleur :
  • S’hydrater,
  • Se mouiller le corps,
  • Se ventiler,
  • Eviter les efforts physiques,
  • Fermer les volets, stores, rideaux tant que la température extérieure est plus élevée que la température intérieure,
  • Si la personne habite un appartement exposé à la chaleur, lui conseiller de sortir dans un lieu climatisé. En cas d’impossibilité, lui conseiller l’achat d’un ventilateur en lui rappelant qu’il faut se mouiller régulièrement pour que ce ventilateur ait une efficacité et revenir la voir,
  • Vérifier que les personnes âgées et leur entourage ont une bonne connaissance du problème et connaissent les mesures à prendre pour se protéger ,
  • Susciter l’inscription des personnes âgées et des personnes handicapées dont vous vous occupez sur le registre nominatif de la mairie (ouvert conformément à la loi du 30 juin 2004 ) afin qu’elles puissent bénéficier de visites régulières de professionnels et/ou de bénévoles en cas de déclenchement du plan d’alerte,
  • Organiser la surveillance des personnes à risques, s’assurer des relais d’entraide et solidarité. Établir la liste des personnes, aidants familiaux, de voisinage ou professionnels, que la personne peut contacter (liste des coordonnées mise en évidence à côté du téléphone),
  • Prendre régulièrement des nouvelles au minimum par téléphone,

Une plateforme d’information « Canicule info service » est accessible au 0800 06 66 66 (numéro vert) pour obtenir des recommandations sur les conduites à tenir.


Sources :

Ameli.fr : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/canicule/effets-organisme-personnes-risque

Allo docteur : https://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/environnement-et-sante/canicule/enfants-personnes-ages-ou-malades-nos-conseils-pour-vous-proteger-de-la-canicule_27378.html?fbclid=IwAR0dLwnTIlRcrtf0XV4ixT8ZQDhFj5_GrTlMY5NkqFxhE9EDjCmz0kn4Flg

Santé.gouv.fr : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Les_recommandations_canicule_.pdf

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *